Les informations figurant dans le répertoire sont mises à jour par les structures qui y sont référencées. Ces dernières portent la responsabilité de leur contenu et de leur mise à jour.
Date de mise à jour : 2019-05-10

Diane Arbus Self Portrait (2020)

L'Héliotrope

Durée : 1h30
Date et lieu de création : le 13 janvier 2020 aux Plateaux Sauvages - Paris



Cliquez pour agrandir
J’ai toujours aimé la photographie. Est-ce que j’ai été influencé par les images de mon père, un amateur éclairé? Peut-être. A force de voir des boîtiers, des objectifs, le labo, il m’était difficile de rester insensible à l’univers de l’argentique. Il y avait aussi à la maison des livres de Depardon, Helmut Newton,… et par la suite, je me suis fait ma propre collection : Gregory Crewdson, Stephen Shore ou l’extravagant Araki…
Mais mon intérêt pour Diane Arbus relève tout aussi bien de son histoire personnelle que de son projet photographique. J’ai été touché par le parcours de cette jeune new-yorkaise qui après avoir été l’assistante et collaboratrice de son mari pour des photos de mode, se retrouve à saisir les instants de l’underground de la capitale culturelle américaine, des portraits de personnages à la frontière de la société, des bourgeoises noyées dans leurs zibelines.
Car Diane Arbus, née Nemerov, est la fille d’un grand commerçant qui fera le bonheur, avec ses vêtements et ses fourrures, des dames de la haute société de Manhattan. C’est ainsi qu’elle naviguera des appartements de l’Upper East Side aux cabarets et bas-fond de la cité.
Il faut imaginer, dans les Etats-Unis de l’après-guerre, dans ces années soixante si machistes, une femme qui va quitter son rôle d’assistante pour mener un projet artistique hors du commun. Elle ne va plus capturer le glamour, la beauté des mannequins, mais le bizarre, l’étrange qu’on ne regarde pas.
Le plus étonnant dans les photographies d’Arbus, c’est qu’elle prend toujours l’humanité en défaut. Elle photographie les failles de chacun de ses sujets.
Car elle-même est une faille à ciel ouvert. Sa vie est un bordel sans nom où alternent des perditions, des solitudes, des histoires d’amours aux fins tragiques.
Elle est aussi freak que les personnages de ses photographies.
Et c’est sans doute épuisée par les tempêtes affectives, qu’elle se suicidera le 26 juillet 1971.
Arbus, c’est une histoire sur les femmes, un témoignage sur une société, un projet artistique.
Et pour moi, un sujet théâtral

L'équipe

Auteur/e : Farbice Melquiot
Mise en scène : Paul Desveaux
Distribution :
Anna Mouglalis
Catherine Ferran
Michael Felberbaum (guitare)
Xavier Legrand
Marie-Colette Newman
Jean-Luc Verna
Création lumières : Laurent Schneegans
Composition musicale : Vincent Artud
Autre(s) collaboration(s) artistique(s) : Christophe Raynaud de Lage (photographe)

Contacts

Pour afficher les coordonnées de l'équipe artistique L'Héliotrope : cliquez ici

Production

Production principale :  Cie l'héliotrope
Co-production et partenariat :  Le Tangram-Scène Nationale d’Evreux Louviers, Dieppe Scène Nationale, Les Plateaux Sauvages

autres spectacles

Diane Arbus Self Portrait [+]
Lulu [+]
Le Garçon du dernier rang [+]
Pearl [+]
Sallinger [+]
Frankenstein [+]
La Cerisaie [+]
Pollock [+]
Maintenant ils peuvent venir [+]
L’Orage [+]
Les Brigands [+]
 

agenda

Du 13 au 31 janv. 2020 | Les Plateaux Sauvages - Paris

Du 6 au 7 févr. 2020 | Le Tangram – EPCC Evreux Louviers Eure - Evreux cedex

Le 13 févr. 2020 | Dieppe Scène Nationale (DSN) - Dieppe Cedex