Les informations figurant dans le répertoire sont mises à jour par les structures qui y sont référencées. Ces dernières portent la responsabilité de leur contenu et de leur mise à jour.
Date de mise à jour : 2012-12-18

l'épouvante l'émerveillement (2010)

HYBRIDE

Durée : 1H 10





Cliquez pour agrandir
L'écriture romanesque adaptée pour le théâtre en lien avec l'écrivain donne naissance
à un théâtre de visions, de réminiscences, de vibrations.
Le plateau est un organisme mouvant, respirant et jubilatoire, à l'image de l'univers de Béatrix
Beck.
Que l'actrice soit seule en scène ne signifie pas soliloque. Il ne s'agit pas non plus "représenter"
différentes figures, mais d'être là, nourrie par le souffle de la langue, traversée par des états de
corps et d'esprit qui animent le monde fantasque de Béatrix Beck.
C'est encore un voyage contemplatif
Avec l’acuité particulière de Béatrix Beck sur le Vivant,
des rapports sociaux au monde du sensible,
du « sacré » au « profane » intimement liés.
Beauté subtile et magique des plus petites choses,
des grouillements brouillés d'une vie humaine.
De l'effroi passer à l'émerveillement, devant le fait qu'il y a quelque chose plutôt que rien.
Un émerveillement non soluble dans la raison.

Matériel nomade qui va dans le sens de notre désir de facilité de transport.
Rapport direct aux objets, "authentique" dans le sens propre de ce qui est unique, plus rien de
banal ni de routinier. Simple.
Le son et la lumière sont essentiels. Partenaires directs, manipulés par l'actrice du plateau, Ils
sont intimement mêlés à son travail.
Peuplement malgré le jeu solitaire, enregistrements audios, zones matièrées, lumières enfouies
comme autant de portes sur l'imaginaire.
Des sons diffusés du plateau:
Certaines séquences dialoguées sont enregistrées, toujours diffusées du plateau
Certains dialogues d'autres séquences s'établissent entre la voix en direct de
l'actrice, et d'autres voix enregistrées
Affleurement et disparition de scènes d'enfance, évocation organique

EnvoyerEnvoyer valser. Se faire cuire un oeuf. N’y être pour personne, même pas pour soi.
Bic qui passe du nom propre à la gloire du nom commun, Goupil devenu renard.
Papier recyclé, envers des lettres, factures, poèmes, pub, faire-part. Feuilles volantes
garrottées de trombones pour les empêcher de jouer les filles de l’air, tapisser les nids
d’oiseaux, régaler les souris, devenir cocottes en papier, bigoudis, torche-culs.
Efface, douce gomme fatale qui caresse pour détruire. Biffer comme on tue des nuisibles,
pas de sensiblerie. Flambez, pages de bravoure.
Autobiographie d’autrui ? Conte de la bifurcation ? Essai de ventriloquie ?
Prière à L’Ego ? Journal d’un têtard ? Sujets plus tentants les uns que les autres.
L’inspiration me gonfle les ouistitis, les gens me chauffent les oreillettes. Quant aux
ventricules, obscénité ridicule. Deux diminutifs dépréciatifs pour des cavités essentielles.
Il est vrai que si nous-mêmes ne sommes pas essentiels…
S’il existe la dérive des continents, pourquoi pas celle des textes qui sont eux aussi des
océanies et autres.
(La Petite Italie – Grasset)


- durée du spectacle : 1h10
- surface de jeu minimum : 6m X 6m
- Nécessité de faire le noir dans la salle
- 2 prises 16 ampères
- la possibilité d'organiser la disposition du public pour assurer la vision du sol du plateau.
( à réfléchir sur place suivant les possibilités)
- l'aide d'une personne sur place est la bienvenue pour l'installation
l'actrice se déplace avec son régisseur.

L'équipe

Auteur/e : béatrix beck
Concepteur/trice : Virginie lacroix
Mise en scène : virginie lacroix gilles masson
Distribution : VIRGINIE LACROIX

Décors / scénographie : sellig nossam
Autre(s) collaboration(s) artistique(s) : construction décor "un peu plus à l'ouest"

Contacts

Pour afficher les coordonnées de l'équipe artistique HYBRIDE : cliquez ici

autres spectacles

MD IN / OUSIDE [+]
PEUT-ETRE YES PEUT-ETRE [+]
Le papillon transparent est mon espoir [+]
l'épouvante l'émerveillement [+]