Les informations figurant dans le répertoire sont mises à jour par les structures qui y sont référencées. Ces dernières portent la responsabilité de leur contenu et de leur mise à jour.
Date de mise à jour : 0000-00-00

Mignonne allons voir... "Les Amours" de Ronsard mis en musique (2008)

Ludus Modalis



S’il est un poète indissociable de la musique, Pierre de Ronsard est certainement celui là.
Dès la publication de ses premiers recueils, il retient l’attention des musiciens; il propose même à quatre d’entre eux (Clément Janequin, Marc-Antoine Muret, Claude Goudimel, Pierre Certon) de participer à l’élaboration d’un supplément musical au livre des Amours de 1552. C’est toutefois à partir de 1560 que l’œuvre de Ronsard connaîtra une vogue sans précédent (plus de 350 poèmes de Ronsard furent mis en musique). Il n’est pas un maître de cette fin de siècle qui n’utilisât un ou plusieurs sonnets du poète Vendommois, certains comme Bertrand, De Monte ou Régnard consacrant des « livres » entiers à la mise en musique de ses vers.

L’œuvre de Ronsard est indéniablement marqué du sceau de la femme aimée et admirée. Les visages de Cassandre, Marie ou Hélène font de l’ensemble des « amours » et autres « continuations » une sorte d’hymne à la figure féminine, une source poétique à laquelle nombre de compositeurs ont pu puiser et dont notre programme se voudra le reflet.

En tout premier lieu, Guillaume Costeley, auteur de plusieurs chansons sur des textes de Ronsard mais dont sa « Mignonne » éclipse toutes les autres par son évidence, sa beauté toute simple à l’image de la fleur qu’elle illustre.

Notre voyage poétique parcourra également l’œuvre de Roland de Lassus et de ses voisins Jean de Castro (l’Anversois) et Jan Peeterszon Sweelinck l’organiste d’Amsterdam auteur de merveilleuses rîmes françaises et de quelques mises en musique des amours de Ronsard.

Parmi les compositeurs « français » de cette deuxième partie du XVIème siècle, Guillaume Boni et Antoine Bertrand, « Ronsardiens » du Sud ont traité les Amours d’une manière extrêmement personnelle, leur musique étant parfois proche du « madrigal à la française », utilisant de nombreux figuralismes : accords en note rondes évoquant les yeux dans « ces deux yeux bruns », ligne mélodique rompue dans « Marie qui voudrait »avec l’évocation de « retourné »)...


Lorsque certaines de ces pièces furent publiées, Ronsard était probablement totalement sourd, victime de la maladie qui l’avait touché dans son adolescence, mais il les aurait certainement approuvées comme l’atteste la préface de son Abrégé de l’art poétique Français « La poésie sans les instrumens ou sans la grace d’une ou plusieurs voix, n’est nullement aggréable, non plus que les instruments sans estre animez de la melodie d’une plaisante voix ».


L'équipe

Direction musicale : Bruno Boterf
Distribution : 5 chanteurs a capella : Nathalie Marec, Sophie Toussaint, Bruno Boterf, Vincent Bouchot, François Fauché

Contacts

Pour afficher les coordonnées de l'équipe artistique Ludus Modalis : cliquez ici

autres spectacles

Les Vêpres de la Vierge de Monteverdi [+]
Amour sacré, Amour profane [+]
Stabat Mater , Motets et madrigaux sacrés de Palestrina [+]
Dix Psaumes de David [+]
Mignonne allons voir... "Les Amours" de Ronsard mis en musique [+]
Musique sacrée du Royaume d'Écosse de Robert Carver [+]
L’amour, la mort et la vie [+]
Pascal de l'Estocart [+]
Hear my prayer, William Byrd - Henry Purcell [+]
Le Puy Neuf d'Evreux, renaissance d'un concours de la Renaissance [+]
 

discographie

Guillaume Costeley Mignonne allons voir si la rose |+]
Une Messe pour la Saint-Michel et tous les Saints Anges |+]
Deux Coeurs Aimants - Pascal de l'Estocart |+]
Claude Le Jeune Dix Psaumes de David |+]
Roland de Lassus Années de jeunesse |+]
Palestrina Stabat mater |+]
Monteverdi Vêpres de la Vierge |+]