Les informations figurant dans le répertoire sont mises à jour par les structures qui y sont référencées. Ces dernières portent la responsabilité de leur contenu et de leur mise à jour.
Date de mise à jour : 2020-06-15

Oh les beaux jours (2019)

Théâtre de la Rampe

Durée : 1 h 20
Date et lieu de création : L'Archipel, Granville





Cliquez pour agrandir

Une femme est enfouie jusqu’ à mi-corps dans un mamelon suffisamment large et haut pour que l’on imagine sans peine qu’elle en figure le sommet. 

On ne sait pas pourquoi elle se trouve là, tout semble normal, la situation ne résultant à priori d’aucun cataclysme. Elle est là comme d’autres vaquent à leurs occupations quotidiennes. 

Elle dort dans ce trou culminant, s’y réveille, organise son temps entre diverses actions au gré des quelques objets qu’elle puise dans un sac : une brosse à dents, un dentifrice, une paire de lunettes, une brosse à cheveux, un peigne, un miroir, une lime à ongles, une ombrelle et un révolver.

Winnie a le chic pour tenir en respect le chaos et le désespoir en s’en remettant à un code de bonnes manières et d’habitudes régulières bien entretenues.

Pour le personnage comme pour l’actrice, la contrainte est immense, il lui faut puiser dans ses ressources pour tenir le choc face à cette immobilisation forcée, à cet enlisement qui la prive d’une partie de son corps. Qui peut dire qu’elle ne joue pas au cricket avec ses pieds dans l’obscurité. La situation est inconfortable sans doute mais elle ne doit pas être effrayante. Le spectateur doit « s’y voir » sans avoir envie de fuir. De la même manière, l’actrice doit s’amuser de les voir la regarder s’enliser 


L'équipe

Auteur/e : Samuel Beckett

Contacts

Pour afficher les coordonnées de l'équipe artistique Théâtre de la Rampe : cliquez ici

autres spectacles

Oh les beaux jours [+]
La femme aux bulots [+]
La Ronde [+]
Rose, la nuit australienne [+]
3ème volet : une famille ordinaire [+]
1er volet : La Double Inconstance [+]
2ème volet : "L’Echange" de Paul Claudel [+]